×

Message

Il n'y a pas de résultat.

Identification de biomarqueurs pronostiques et diagnostiques : présence et progression de la fibrose intestinale dans les MICI

Workpackage : WP4

Actuellement, l’analyse histologique de la résection intestinale après chirurgie ainsi que l’imagerie par entéro-IRM sont les méthodes de référence pour évaluer la progression et la sévérité de la fibrose dans les MICI. Il n’existe pas de biomarqueurs alternatifs de la fibrose intestinale. Il y a donc un besoin énorme de biomarqueurs capables d’évaluer la présence, la sévérité, la propagation et l’évolution de la fibrose intestinale, en particulier dans la maladie de Crohn. Ce projet a pour objectif d’étudier deux cohortes : une population transversale de 50 patients ayant subi une résection ou stricturoplastie pour une sténose due à une fibrose intestinale (groupe 1) et 150 patients suivis par le service de gastroentérologie mais sans fibrose intestinale évaluée par imagerie ou endoscopie (groupe 2). Le serum de tous les patients inclus dans le groupe 1 fera l’objet d’une bio-banque et d’un échantillonnage histologique pendant la stricturoplastie. Le bilan de ces procédures sera évalué après 4 et 12 mois selon la classification de Rutgeers. Les méthodes de référence pour l’évaluation de la présence et de la sévérité de la fibrose intestinale seront l’entéro-IRM et l’analyse histologique de la résection intestinale dans le groupe 1. Une analyse de Gross sur la portion d’intestin ayant subi une résection permettra l’évaluation des strictures. L’échantillonnage des tissus sains et pathologiques sera faite pour de futures études (culture de fibroblastes, protéique et approches transcriptomiques). Une analyse microscopique ciblera l’évaluation de la fibrose (implication de la submucosa, des fibres musculaires, de la subserosa) et de l’inflammation. Les bio-marqueurs sériques sont comparés entre les groupes 1 et 2. Les bio-marqueurs du groupe 1 sont comparés entre les tissus sains et pathologiques en fonction du bilan évalué par la classification de Rutgeerts. In sera par des méthodes classiques comme ELISA, les bio-marqueurs suivants sont évalués : CCN2, LOX, endotheline, IL-1, IL-33, IL-4, IL-13, IL-6, IL-21, IL-17, IL-22, IL-23, TNFα, MMP-3, galectin 3, MBL, acide lysophosphatidique, sphingosine-1-phosphate, CXCL-4, MCP-1, MIP1- α, amino terminal propeptide of type III collagen (PIIINP), TIMP-1, acide hyaluronique (responsable du ‘Enhanced Liver Fibrosis (ELF) score’), CCL2, CCL3, and CCL20. Pour identifier de nouveaux bio-marqueurs de la fibrose intestinale chez les patients atteints d’une maladie de Crohn, nous utilisons une approche multi-omique in sera. Les tissus et/ou fibroblastes collectés chez 20 patients de chaque groupe 1 et 2 sont étudiés en collaboration avec les plateformes de protéomique (C. Rolando CNRS, Université de Lille) et de transcriptomique (M. Figeac, Université de Lille).